Ce script permet de charger le fichier flash, votre navigateur ne prend pas en compte les fichiers Flash

Le marché immobilier rural en 2012

Le marché immobilier rural en 2012 : la crise retourne les marchés fonciers ruraux

Conférence de presse du 30 mai 2013


Couverture de l'étude annuelle Le prix des terres.
Le prix des terres, édition 2013.

30/05/2013. Les marchés ruraux n’échappent pas à la crise. Contraction générale sur les marchés des maisons à la campagne, de l’urbanisation, des terres agricoles. La forêt, en légère baisse, reste une valeur refuge. Les exceptions : les vignobles haut de gamme et les zones de grandes cultures, soutenus par la croissance mondiale.

Transactions freinées. La tendance générale est à la contraction du nombre de ventes et à la baisse des prix. La crise économique et financière européenne se répercute sur les marchés immobiliers. Malgré des taux d’emprunt bas, l’atonie de l’économie et la restriction des crédits bancaires freinent la conclusion des transactions. Nombre de propriétaires conservent leur bien comme une valeur refuge.

Maisons à la campagne, espaces résidentiels et à urbaniser à la baisse. La crise se fait particulièrement sentir sur les biens qui quittent l’usage agricole. Le nombre de maisons à la campagne vendues baisse de 13 % alors que leur prix moyen unitaire cède 3,5 %. Les ventes de petites parcelles résidentielles et de loisirs, biens de confort achetés pour agrandir notamment le périmètre privé autour de sa résidence, baissent de 4,8 % ; leur prix chute de 18 %. Pour la première fois depuis 2007, le marché de l’urbanisation, avec 4,1 milliards d’euros, enregistre un flux financier inférieur à celui du marché agricole.

Forêt : valeur refuge. Après une croissance de 19,5 % entre 2009 et 2011, le prix des forêts se replie en 2012 de 1,5 %, sous l’influence d’une baisse de 8 % du prix du bois. Les forêts se maintiennent à un niveau de prix élevé et constituent une valeur refuge et fiscale.

Le marché des terres agricoles libres se ferme de nouveau : il ne représente que 1,5 % du total des surfaces exploitées en faire-valoir direct, contre 1,9 % avant la crise de 2008.

Les non-agriculteurs en retrait. Zones d’élevage : stagnation des prix. Le prix des terres et prés libres augmente de 1,1 % à 5 420 euros l’hectare. Le retrait des acquéreurs non agriculteurs, la prudence des banques, la prochaine réforme de la politique agricole commune avec les perspectives de baisse des aides à l’hectare, l’augmentation du coût des intrants peuvent expliquer ce ralentissement. La stagnation des prix est plus notable dans les zones de polyculture-élevage et d’élevage.

Portés par la demande mondiale, certains biens continuent à prendre de la valeur.

À la hausse : les grandes cultures. Dans les zones de grandes cultures, les terres et prés libres affichent des prix en hausse de 3,2 %, à 6 560 euros l’hectare : la demande mondiale en biomasse végétale, les cours élevés et les bonnes récoltes dans l’hexagone ont pu alimenter la hausse des valeurs foncières.

Le prix des terres louées progresse de 2,5 %. Les faibles taux des placements sécurisés renforcent l’intérêt pour les terres louées.

Les vignobles haut de gamme à prix d'or. Épargnés par la crise européenne, les vignobles haut de gamme, portés par la demande mondiale en produits de luxe, atteignent de nouveaux sommets : la hausse atteint 21,5 % en 2012 pour l’hectare en Champagne.  


NB : Le magazine « Le prix des terres – Analyse des marchés fonciers ruraux 2012 » (144 pages) est disponible au prix de 30 €, à commander sur notre nouveau site Internet : www.le-prix-des-terres.fr. Ce site permet la consultation de données sur les prix des biens agricoles et ruraux (à titre gratuit ou payant) et la commande en ligne de nos dernières publications.

Téléchargez ci-dessous le communiqué de presse au format PDF (pour lire un document PDF, vous pouvez installer le gratuiciel Adobe Reader).

Communiqué de presse (PDF)
Taille : 128 ko
 
Résumé de l'étude (8 pages, PDF)
Taille : 6578 ko
 




Accès aux documents complémentaires


Ce qui suit ne vous concerne que si vous êtes journaliste et que vous n'êtes pas déjà connecté(e) au site avec un login et un mot de passe fournis par le service communication.

Vous n'avez pas de login et de mot de passe : cette page donne accès à des documents complémentaires aux journalistes, lorsqu'ils la consultent après la saisie de leur login et de leur mot de passe depuis la page "Identifiez-vous". Si vous êtes journaliste, vous pouvez adresser une demande d'accès au "Point presse en accès limité" au service communication de la FNSafer (voir ci-contre à droite).

Vous avez un login et un mot de passe : pour un accès à l'ensemble des documents proposés au téléchargement sur cette page, identifiez-vous en cliquant sur le bouton "Identifiez-vous" dans le menu en bas de page.


Les marchés fonciers ruraux 2012 en quelques chiffres
 

Terres et prés libres
Prix moyen 2012 (non bâtis) :
5 420 €/ha (+ 1,1 %)

Terres et prés loués
Prix moyen 2012 (non bâtis) :
4 060 €/ha (+ 2,5 %)

Vignes AOP
Prix moyen 2012 :
131 700 €/ha (+ 13,5 %)
AOP hors Champagne :
58 700 €/ha (+ 2,6%)

Forêts
Prix moyen 2012 :
3 930 €/ha (- 1,5 %)

Marché de l'urbanisation
Prix tous terrains confondus en 2012 : 16,30 €/m².

 

Résumé de l'étude
 
Couverture du résumé de l'étude.

Nouveauté 2013 : le résumé en 8 pages du Prix des terres est proposé gratuitement au téléchargment (PDF).

Télécharger le résumé
Taille : 6578 ko
 
 



Contacts presse


Le service communication de la FNSafer est joignable aux coordonnées suivantes :

- Fabienne Marion, responsable de la communication
Tél. 01 44 69 86 37
Courriel : fabienne.marion@safer.fr

- Delphine Golfier, chargée de communication
Tél. 01 44 69 86 09
Courriel : delphine.golfier@safer.fr